Take your pants off
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le forum perdure encore et encore. Génial, non ? Pour les invités et futurs inscrits qui prennent la peine de lire les annonces, par pitié, épargnez nous les drogués et les anti-religions --' On a en a plus qu'assez sur le fo. Optez [1] plutôt pour la neutralité ou la croyance ;] Merci à vous ! Oh ! Et on a toujours besoin de mâles héhé.
-22%
Le deal à ne pas rater :
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming 23,8″ Full HD
139.99 € 179.99 €
Voir le deal

 

 Courses aux nuages. PV. PIZZA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Napoleon D. Machiavel
Napoleon D. Machiavel
Admin





Courses aux nuages. PV. PIZZA Vide
MessageSujet: Courses aux nuages. PV. PIZZA   Courses aux nuages. PV. PIZZA EmptyMar 15 Juin - 13:46

Le jeton débloque le caddie. Il retire la sécurité et l'arrache de la file ferreuse et roulante. Sur le goudron noir du parking : le brouhaha des chariots dont, le sien. D'humeur enfantine, il grimpe sur le renforcement consacré aux packs de lait et glisse quelques mètres. En l'apercevant, certains, gloussent, les autres, lèvent les yeux en guise de reproche. Un enfant tire la manche de sa mère pour en faire autant. Durement réprimander, il boude.
Dans la grande surface, on se presse et se bouscule. Le cap de l'accueil franchit, il entame sa quête. S'il échoue, son réfrigérateur demeurera vide. S'il gagne, il mangera autre chose que des boites de conserves. Mais avant, ses pas le mènent au rayon jouets. Sans rien toucher, il regarde tout ce qu'il n'a jamais eu. Quelque uns enflamment sa curiosité. Par dessus l'épaule d'un bambin, il apprend comment l'activer. La voiture de plastique imite celles, plus grandes et fonctionnelles, en mimant le bruit d'une accélération brutale et rapide. Il sourit et, poursuit son chemin.
La rangée suivante lui rappelle la raison de sa présence. Sans se soucier des prix, en se fiant uniquement aux emballages, il commence à remplir son caddie. Si le challenge est de manger équilibré, c'est raté. Beaucoup de sucre, trop de sel et aucun légume. Son excuse est simple et, parfaitement légitime. Les légumes, il les cultive lui-même.
« Attention ! » hurle t-on derrière lui.
Trop tard, le chariot rencontre son dos. La femme, confuse, fait claquer ses talons sur le carrelage et saisit son fils par le bras.
« Je t'avais pourtant dit de faire attention ! » Elle relève la tête vers la victime. « Excusez-le, il ne vous avait pas vu. »
« C'est rien. » répond t-il avec un sourire compréhensif. « Je m'en remettrai. »
La remarque la fait doucement rire.
« Bonne journée. »
Sa progéniture pendu à sa main, elle se faufile dans la foule et disparaît.
Revenir en haut Aller en bas
https://takeoffyourpants.forumactif.com
Margherita L. Bartolozzi
Margherita L. Bartolozzi





Courses aux nuages. PV. PIZZA Vide
MessageSujet: Re: Courses aux nuages. PV. PIZZA   Courses aux nuages. PV. PIZZA EmptyMar 15 Juin - 14:29

Le shopping. Disons que c'était un sport qui me tenait vraiment à coeur, et que je ne voyais pas de meilleur moyen de passer son temps libre. J'avais de l'argent et je l'utilisais, rien de mal à ça. Seulement, je ne m'achetais pas des habits de nonnes et je crois bien que c'était cela qui les embêtaient. Fuck them. Je faisais ce que je voulais quand je voulais et c'était dans les allées d'un supermarché que je déambulais, regardant d'un air vide les bouteilles de produit vaisselle tout en tenant fermement mon sac en main. Je pouvais acheter n'importe quoi. De la lessive, des chaussettes pour bébé, des bibelots, des stylos, ce qui faisait que cet acte était exceptionnel était l'achat. Le moment où la carte de crédit sortait de l'engin, et où l'argent avait été retiré sans problème. Je me sentais libre, relâchée, comme si l'air rentrait et sortait de mes poumons aussi facilement que je savais être insolente. Mes talons aiguille produisaient ce bruit répétitif que certains détestaient, et je leur lançais des regards noirs quand ils me regardaient avec mépris. J'avais l'air d'une prostituée ? Sûrement que oui. Au moins, je m'affirmais.
La peur qu'une nonne de l'établissement me croise provoquait cette douce poussée d'adrénaline, et je marchais avec beaucoup plus d'assurance que je ne le faisais en temps normal. Tellement que je passais à côté d'un homme ravissant à croquer et que je ne me retournais même pas, pour voir s'il regardait mon derrière. Seulement, quelques minutes après être passée par le rayon, je retroussais chemin pour retrouver le jeune homme. Car je le connaissais. Il était cette proie que je ne pouvais maîtriser, mettre en cage ou tout juste martyriser. Il était un défi, et je les gagnais toujours. Arrivé à sa hauteur, je passais rapidement mes bras autour de son cou pour l'enlacer et qu'il n'ait pas le temps de me repousser, avant de me reculer et de l'observer avec un sourire.
« Oh sugar, quelle coïncidence ! »
Je lissais ma courte jupe qui laissait montrer mes grandes jambes lisses et brillantes.
« Que fais-tu ici honey, le rayon lingerie féminine est un peu plus loin ! »

Revenir en haut Aller en bas
Napoleon D. Machiavel
Napoleon D. Machiavel
Admin





Courses aux nuages. PV. PIZZA Vide
MessageSujet: Re: Courses aux nuages. PV. PIZZA   Courses aux nuages. PV. PIZZA EmptyVen 18 Juin - 20:43

Son amusement cesse. Sugar. Il n'y a qu'elle pour l'appeler ainsi. Il ose à peine se retourner. Un mouvement brusque, recule son corps. Trop tard. L'étreinte le surprend, l'agace. L'expansivité, la hardiesse, sont des qualités qui, plongées dans l'excès, deviennent vite des défauts. Ironiquement, il sourit. Ses précédentes rencontres lui permettent d'aborder les choses de manière sereines. L'expérience impose le recul.
« Rita... » grincent ses dents.
Il s'appuie sur le caddie, lève son regard au ciel et, soupire. Ce bout de femme le met mal-à-l'aise. Sa tenue dévergondée, ses manies d'aguicheuse, n'inspirent guère confiance, ni crédibilité. Le surplus d'assurance qu'elle témoigne la rend moins fille que, femme. Pourtant -comme tous hommes devant des avantages féminins à découverts-, il s'empourpre. Nature et raison sont rarement en accords. Or, il tient à amoindrir l'importance de la première au profit de la seconde. Son regard s'attache aux consommateurs derrière son épaule.
« Arrête avec tes surnoms... » râle t-il en soupirant à nouveau. « Je déteste quand tu m'appelles comme ça. »
Sa main passe derrière son crâne, à défaut de masser ses tempes. Un mal de tête est déclarée.
« Tu as donc si peu d'estime pour toi même ? » D'un signe de tête, il désigne sa tenue. « Très classe pour une nonne. »
Il dissimule sa peine, la glisse sous des sarcasmes. Il est toujours difficile de voir une personne se respecter si peu ou, mal. L'ouverture d'esprit ne se traduit pas par deux morceaux de tissu maintenus par une ficelle. De même, la liberté n'inclue pas forcément l'indécence. Et, c'est exactement ce qu'il lui reproche. Quant à lui en faire prendre conscience, la démarche semble longue et périlleuse. La patience n'afflue pas dans ses veines. Tout juste en a t-il avec les enfants.
« En lingerie, j'ai tout ce qu'il me faut, merci. » Derechef, ses lèvres s'étirent. Plus sincèrement et de manière plus indulgente qu'alors.
« Aide moi plutôt à faire mes courses. »
Ses doigts sortent de sa poche un papier froissé : la liste des courses. Il lui tend.
Revenir en haut Aller en bas
https://takeoffyourpants.forumactif.com
Margherita L. Bartolozzi
Margherita L. Bartolozzi





Courses aux nuages. PV. PIZZA Vide
MessageSujet: Re: Courses aux nuages. PV. PIZZA   Courses aux nuages. PV. PIZZA EmptyMar 22 Juin - 10:07

L'étreinte le surprend, l'exaspère sûrement, et Margherita jouit d'une satisfaction sans limites. Une vraie petite pilule de bonheur qui éclate dans son cerveau, qui l'ordonne à continuer ses farces et ses manières étranges pour l'exaspérer au plus haut point. Mais ce qu'elle ne veut pas, c'est sentir la répulsion. Un sentiment qui dégouline, vous prend le corps, vous immobilise, et vous fait mourir à petit feu. Ne pas être aimée des autres est une chose, être détestée en est une autre. Elle sent vile la manière dont il prononce son surnom, se demande depuis quand elle lui a permis d'en utiliser seulement un.
« Margherita s'il te plait ! », dit-elle avec un sourire collé aux lèvres.
Ce sourire qui la hante, ne la laisse jamais tranquille. Ce sourire qui cache l'aspect noir de son être, son amour propre déglingué, cette petite fille en pleurs qui ne peut s'arrêter, malgré les nombreuses sucettes et câlins qu'on lui fournit. Celle qui est en manque d'amour, et qui semble s'en moquer. Le regard de Napoleon monte au ciel, et pendant cette seconde de répit, les coins de ses lèvres s'affaissent avec une rapidité impressionnante, pour reprendre leur place comme un soldat attentif.
« Tu arrêtes le surnom, j'arrête le mien, ou en tout cas j'essaie, et on verra comment cela se passe .. »
Elle se retient d'utiliser le mot « honey », passe une main dans ses cheveux, de gêne, et prend une grande inspiration. Margherita se demande d'où sortent ses propres phrases pré-conçues, dénuées de fond, qui ne servent qu'à renforcer l'image qu'elle donne aux autres, d'elle même. Il la touche alors qu'elle baisse sa garde, « si peu d'estime de soi ». Son regard se baisse, ses mains se figent, sa mâchoire tremble, et puis tout revient à la normale.
« Je m'habille comme je veux, ce n'est pas ces coincés de religieux qui vont changer quelque chose en moi. »
Sa poitrine l'enserre, l'étouffe, l'air lui manque. Impossible seulement de le montrer à son adversaire, qui ne pourrait que prendre la perche qu'on lui tend pour la battre avec. Margherita remarque qu'il est plus gentil que d'habitude, peut-être qu'il se laisse prendre par son jeu, après tout. Peut-être qu'il se laissera prendre, tout court. Mais pas si vite mon amie, ne pas sauter jusqu'aux conclusions tout de suite ..
« Tu as besoin d'une servante alors ? Très bien, je jouerai ce rôle à la perfection, mais il me faudra quelque compensation à la fin »
Elle arrache la feuille des mains de Napoléon, parcourt des yeux les choses qu'il lui faut. Dérisoire. Sur le côté, un paquet l'attire, elle le prend, le jette dans son caddie, et énonce à haute voix l'aliment à rayer de la liste. Et elle commence à marcher, une main sur le fer froid, laissant le jeune homme pousser derrière elle.
« Comment s'appelle-t-elle déjà ? » Il sait de quoi elle parle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Courses aux nuages. PV. PIZZA Vide
MessageSujet: Re: Courses aux nuages. PV. PIZZA   Courses aux nuages. PV. PIZZA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Courses aux nuages. PV. PIZZA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Take your pants off :: # Salern :: Ruelles marchandes :: Boutiques-